A quoi on obéit quand on désobéit ?



et son miracle est surtout fait de désinvolture



Février



Lu un petit article sur cet homme, dans le coma depuis des années, et à qui on a installé un dispositif d'imagerie du cerveau. Comme le "oui" et le "non" sont difficiles à distinguer, on lui demandait de penser à l'intérieur d'une maison pour "non" et à une partie de tennis pour "oui", par exemple. Et les réponses étaient correctes... Ce texte m'a mis dans un état de terreur : voilà un esprit qui est prisonnier "totalement" depuis 5 ans. Si j'étais un de ces médecins, je demanderai tout de suite : "Souhaitez-vous être débranché ?".
http://content.nejm.org/cgi/content/full/NEJMoa0905370

Mes derniers bons fous rires viennent de chez Gizmodo. Le dernier en date, pour ceux qui connaissent la "mule" robot des américains : http://www.gizmodo.fr/2008/03/26/caricature_de_la_mule_robotique.html

Errant dans Google Earth (Alsace, Ouagadougou, puis le lac Baïkal), j'ai trouvé les photos de Elena Ogorodnikova (photo du bas de cette page). Qui veut aller aux Seychelles ? Je veux aller au Lac Baïkal !

Raconté aux filles l'histoire du gars, au Bac, qui à la question "Qu'est-ce que le risque" répond copie blanche - elles n'en revenaient pas.

Après avoir vu quelques conférences chez ted.com, ou quelques films sur dailymotion sur le Project Natal de chez Microsoft, je ressens l'excitation du futur qui se rapproche, mais aussi une méfiance incontrôlable. On verra.

Rigolades, avec Clément Rosset qui se moque de la tarte à la crème du mec qui, parce qu'il n'est pas compétent, est justement très compétent - ce qu'on voit ou entend, c'est vrai, assez souvent. "Celui-ci n'est pas architecte, est justement un très bon architecte". En même temps, je reconnais que celui qui utilise, pour une discipline, les outils d'une autre discipline, peut faire des trouvailles. Le cas qui me vient à l'esprit est Alberoni, sociologue qui étudie la rencontre amoureuse...



Le soir, je lis le Dictionnaire Amoureux de la Russie, de Dominique Fernandez. Ah, que c'est délicieux ! Délicieux !

J'écoute : The Pageant of the Bizarre, valse bien roulée de Zero 7, très envoûtante avec ses couleurs qui châtoient, ses arrangements qui multoient, sa chanteuse qui s'en fiche. Le Toaster de Wishmountain, haletant. Le On And On And On de Wilco, qui me fait penser aux seventies. Le plastique My Friend Dario de Vitalic, que j'aime rien-que-pour-sa-caisse-claire-relanceuse. Playground Demo de Thinskin, baroque, disco, kitsch - difficile à trouver, je finis par aller sur leur MySpace pour voir dans leurs influences... FGTH. Comme je donne dans l'arrangement luxueux, je vais chez les un peu trop sucrés The Republic Tigers : Building & Mountains est bon comme une part de quatre-quart :-). Ce n'est pas avec Pinback que je vais me racheter, mais Autumn of the Seraphs tourne autour de trois ou quatre accords qui me caressent les tympans dans le bon sens. Un peu paresseux quand même. Reach Out de Music Go Music, c'est quoi, du indie-progressif ?? Ovet ja huoneet de Eleanoora Rosenholm, comment on dit : habité. Une sorte de fièvre. Silvia, de Miike Snow commence bien mal, mais la rythmique crépitante nous ramène dans le propos, et puis ça se déploie maladroitement, ça enfle un peu n'importe comment, c'est plaisant comme tout. Finir avec The Water Garden, de Brian Eno, extrait de Textures - aussi bon que dans le temps : doux, ambiant, clignotant, un endroit. Fermer avec Old Deutoronomy...













Mars








jeanpascal@wanadoo.fr